jeudi 16 août 2012

Citrivir psorosis : Psorose des agrumes


La Psorose (Citrus psorosis virus) est une maladie à virus largement répondue. Quatre formes différentes de psorose sont connues:

Psorose écailleuse (Citrivir psorosis var.vulgare Faw)
Cette forme est la plus fréquente. Elle se manifeste par la formation d'écailles ou desquamations sur tronc ou sur les branches charpentières. La couche superficielle de l'écorce se nécrose et se boursoufle progressivement puis tombe en partie, laissant la région verte de l'écorce non affectée. Mais l'écaillement s'étend et s'aggrave de plus en plus, atteignant le tronc ou les branches tout autour, ce qui paralyse la circulation de la sève et entraîne ainsi le dépérissement rapide avec, à la limite, la mort de l'arbre.
La psorose écailleuse est celle qui provoque le plus de dégâts et cause le plus de soucis aux agrumiculteurs.
La Psorose écailleuse affecte essentiellement les orangers, les mandariniers, les clémentiniers et les pomelos ; les citronniers ne sont pas touchés.
Symptômes de la psorose sur des braches montrant des écailles
(University of Arizona, 2001)
Psorose alvéolaire (Citrivir psorosis var.concavum Faw)
Elle se manifeste notamment par la formation sur tronc et les branches de dépressions et de concavités allongées peu profondes, orientées longitudinalement dans la plupart des cas. L'écorce se crevasse uniquement à l'intérieur et surtout au fond des dépressions où des traces de gomme sont observées.

Psorose en poche (Citrivir psorosis var. alveatum Faw)
Ce type de psorose provoque sur le tronc des dépressions caractérisées par des invaginations (en forme de poche) beaucoup plus profondes et plus étroites que dans le cas de la psorose alvéolaire.
Le fond de ces dépressions est en contact direct avec le bois d'où sort parfois la gomme. Le tronc prend souvent des formes curieuses et peut même subir des déformations considérables. Des symptômes de décoloration sur les feuilles peuvent apparaître.

Panachure infectieuse et frisolée (Citrivir psorosis var. rugosum Faw)
Ces deux formes de porose affectent surtout les feuilles. Elle ses manifestent par des déformations diverses des feuilles. Ces dernières se courbent, deviennent gaufrées, tordues, rétrécies, panachées; toutes ces manifestations sont surtout localisées vers la pointe de la feuilles. Certaines feuilles sont également plus étroites et filiformes. Le mélange de ces deux formes de porose sur le même arbre est tout à fait possible.

Transmission :
Toutes les formes de Psorose qui viennent d’être mentionnées se transmettent par les diverses méthodes de greffage. La transmission par des outils de taille (sécateurs, scie, etc.) n’a jamais été démontrée. De même, les façons culturales (blessures, labours, etc.) ne transmettent pas le virus. 

Ce virus est également transmis par un champignon des racines qui est l’Olpidium brassicae. La transmission par pépins est possible, mais reste négligeable. 
Symptômes :
La psorose est souvent une maladie latente sur la plupart des espèces des agrumes.
Dans le cas de vergers atteints de psorose écailleuse les dégâts apparaissent généralement après l’age de 10 ans.
En plus de l’écaillement les autres symptômes de la maladie sont : le brunissement du bois, un dépérissement progressif de la plante jusqu’à la mort.
Il est possible de déterminer la présence des Psoroses avant que ne se manifestent les premiers symptômes sur écorce. Au printemps, on observe les jeunes feuilles à contre jour. Leur limbe présente une décoloration caractéristique de part et d’autre de la nervure centrale, une décoloration qui prend l’aspect d’une feuille de chêne.
Symptômes de la psorose sur des braches montrant des écailles
(Tahiri et Bekki, 2007))
Lutte :
A l'aide d'une brosse métallique, il faudra nettoyer la partie du tronc ou des branches atteintes par les desquamations; ce grattage se poursuivra jusqu'à la partie vivante de l'écorce. La zone ainsi nettoyée sera badigeonnée par un désinfectant à l'aide d'un pinceau.
L'utilisation de greffons indemnes de virus est actuellement la seule et la meilleure méthode préventive de lutte contre la psorose. Les plantations issues de greffons indemnes de psorose sont en principe à l'abri de toute contamination. Il est également nécessaire  d'arracher les arbres atteints de psorose dès que leur rendement commence à baisser sensiblement. Ces arbres seront remplacés par des jeunes plants indemnes de virus.
 
Il n’existe pas de variétés ou espèces (greffons) résistants non plus de porte-greffes résistants à la Psorose mais tolérants comme : Citrus volkameriana et Citrus macrophylla. 




En savoir plus :
Document technique CIBA-GEIGY : « La protection phytosanitaire des agrumes » Bâle, suisse


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...